Développé avec Berta.me

  1. Toute ressemblance avec des personnes existantes ne saurait être que fortuite                                                                                                                 Série photographique (2011)

    20 photographies numériques couleur (40x50cm et 20x25cm) / tirage lambda sur papier satin / sous verre   
    Edition 1/2 + 1/EA

     

    "Toute ressemblance avec des personnes existantes ne saurait être que fortuite" (2011) est une série photographique de portraits fictifs constitués à partir de photographies issues de divers profils sur les réseaux sociaux. Ce travail explore la question de l’identité sous l’angle du portrait photographique qui, s’il comporte une dimension politique de l’ordre de l’identification, fait aujourd’hui, à l’époque du numérique et de la mise en réseau universelle, l’objet d’une large réappropriation par les individus eux-mêmes, source de révélation des rapports multiples que chacun entretien à son image pour apparaître au regard d’autrui.

    Ces photographies deviennent dans ma pratique un matériau manipulable qui intègre un processus de construction d’une nouvelle image. Leur sélection s’est d’abord faite de manière aléatoire puis, extraites de leur contexte originel, elles ont été regroupées en fonction de critères de posture et d’expression du visage, en vue de leur superposition, et ont été agrandies, une étape impliquant une perte de définition de l’image et de netteté des visages. Le procédé de superposition se fonde sur la règle du trois, chacun des vingt portraits créés de la série étant composés de trois à soixante photographies. Il participe, dans un jeu de transparence des images et une appréciation des couleurs et des teintes, à l’inscription de nouveaux contours d’un visage composite, toujours en position centrale mais non identifiable, demeurant du côte du fluide et du mouvant.

  2. 3.1

    3.1