Développé avec Berta.me

  1. ID Palette                                                                                                                 Série de compositions (2016/2017)

    50 compositions numériques couleur (7,4x10,5cm) / impression numérique sur papier mat (300g)   
    Edition non limitée

     

    "ID Palette" explore la question de l’identité sous l’angle de son territoire, de ses espaces constitutifs qui sont à la fois multiples et mouvants. L’enjeu se situe dans une réappropriation sensible de son identité administrative par manipulation et traduction artistiques des données textuelles et chiffrées qui sont inscrites et figées sur un document d’identité, dans une perspective d’ouverture vers des possibles. Ce projet s’ancre dans la signification d’une pluralité et d’une infinité de l’identité dans ses formes et ses espaces : le sériel pour sa dimension multiple, un sériel à la fois évolutif et sans limite en nombre d’éditions pour un caractère dynamique et un support matériel désacralisé

  2.  

     

    - Protocole -

    Dans un premier temps, de mon passeport composé de quinze rubriques, je récupère vingt-cinq informations relatives au type de document, au code pays, au numéro de document, à mes nom et prénoms, à ma nationalité, à mon sexe, à ma taille, à la couleur de mes yeux, à la date et au lieu de ma naissance, à la date de délivrance du document, à mon adresse, à l’autorité de délivrance et à la date d’expiration du document. A partir d’une série de règles mathématiques que j’ai prédéfinies, je les convertis ensuite en 25 codes couleur, chacun étant constitué d’un maximum de six chiffres. Ensemble, ces codes forment mon espace colorimétrique identitaire : #16 ; #6181 ; #57121 ; #1637 ; #313995 ; #41365 ; #156445 ; #6 ; #16013 ; #23535 ; #541984 ; #3765 ; #85 ; #710147 ; #8325 ; #82 ; #18215 ; #347465 ; #75010 ; #719910 ; #691535 ; #72855 ; #45 ; #763934 ; #7326.

    Dans un second temps, je compose de possibles espaces d’identité en suivant une règle unique, celle d’utiliser toutes mes vingt-cinq couleurs que je viens apposer, par aplats numériques, sur un espace originellement vierge. Aucune contrainte de spatialisation, de répétition des couleurs, de nombre de possibles.